Un enfant veut pas de conseil de ses parents sur l’amour

Nos enfants vieillissent et frappent à la porte du monde des adultes. Je me questionne souvent sur les outils que je les ai aidé à développer. C’est drôle parce que de tous les aspects auxquels ils vont être confrontés ; les études, le travail, leur mission dans la vie, celui qui me chicotte le plus c’est l’amour. Celui qu’ils vont partager avec une autre personne. Ça me chicotte parce que je sais que j’aurai pas de réponses à toutes leurs questions. Que comme pour la majorité des expériences de leur vie, ils vont devoir en naviguer des longs bouts par eux-mêmes. Je sais aussi que des enfants ça veut pas de conseils de leurs parents sur l’amour. Mais j’aimerais ça leur en donner quand même. Parce que je trouve qu’on a fait une pas pire job.

J’aurais envie de leur dire…

Que je ne t’ai pas cherché. Que tu es apparu à mes côtés aux moments où ça devait être ainsi. Destin. Destiné. Hasard. Bonne étoile. Les gens peuvent utiliser le mot qu’ils veulent, ça m’est égal. Pour moi, c’est le ressenti qui importe. Un jour en particulier où l’air avait un goût plus sucré qu’à l’habitude. Où les gros flocons qui tombaient autour de notre câlin étaient plus blancs que cinq minutes avant et descendaient plus doucement, comme pour se poser sans bruit et éviter de nous déranger.

Que je ne t’ai pas demandé de me compléter. Que ça, c’est ma job à moi. D’être complète pour avancer et m’accomplir dans la vie sans attendre que tu sois celui qui me fournisse ce qui me manque. Je ne t’ai pas non plus donné une partie de mon cœur, et je ne t’ai pas demandé un morceau du tien. Te regarder être maître de ta vie et de choisir de le faire sur le même chemin que moi, ça fait partie de ce qui me rend heureuse mais ce n’est pas l’unique raison de mon bonheur. Même si c’est vrai que mon nom a une vibration différente quand c’est toi qui le dis.

Que je n’ai pas peur de te perdre. Parce que pour ça, il faudrait que tu m’appartiennes, comme une chose. Ma femme, mon mari, c’est des expressions populaires que tout le monde utilise et comprend. Moi, j’aime savoir que je suis la femme dans ta vie et que tu es l’homme dans la mienne. Que ce n’est pas un titre de propriété mais un choix commun ravivé chaque jour. Même quand nous sommes physiquement aux opposés de la planète, j’aime sentir ma tête et mon cœur libres de doutes, légers de confiance.

Que je ne t’ai pas choisi. Ça voudrait dire que j’ai considéré d’autres options. Nous avons choisi dans un accord commun de vivre nos vies ensemble. Je n’aime pas les définitions de l’amour dans le dictionnaire, pas plus que je crois qu’il y a un secret, ou une recette à suivre. Pour moi c’est une danse de sentiments comprise par les partenaires qui la dansent seulement. Notre rythme, notre décor, nos pas. Quand des bouts de la chorégraphie sont plus difficiles pour un, c’est l’autre qui prend le relais jusqu’à ce que le timing revienne. J’aime penser que sans jamais l’avoir fait pour un auditoire autre que nous, on donne tout un spectacle. Plus qu’hier, moins que demain? J’aime mieux juste le faire aujourd’hui comme il faut.

Que je ne t’ai pas donné non plus la mission de me rendre heureuse. Pas plus que tu ne l’exiges de moi. Pis que ça c’est vraiment important. Se raconter nos bonheurs, c’est une de nos forces. Les tiens, les miens et ceux qu’on a en commun. On les compare pas, on les compte pas, il n’y a pas de jalousie ou de compétition. Être capable de simplement se réjouir quand ça va bien pour l’autre, ça fait longtemps qu’on est des pros dans le domaine. Parce que s’il fallait qu’un jour on décide que nos vies n’avancent plus vers les mêmes destinations, on partirait chacun avec le bonheur de l’autre. Ce serait vraiment poche.

Tu vois, c’est ça que j’aurais envie de dire à nos fistons. Qu’être en amour, c’est d’abord «être». Être entier pour entrer complet et fort dans une relation. Pis qu’une peine d’amour ça peut arriver à tout le monde mais que c’est tout ce que c’est. Une peine. Que si on s’aime en premier, de la bonne façon, on s’en remet. Et que quand on fait un bout de chemin avec une autre personne qui s’aime aussi en premier, de la bonne façon, le voyage est magnifique.

IMG_0155

 

Publicités

A propos nath100facon

Un peu d'extra dans votre ordinaire? Le bonheur arrive en bulles... il suffit de les éclater, souvent!
Cet article a été publié dans Mes écrits. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s