Un gros cadeau juste avant Noël

Je ne sais pas si c’est la surprise d’une chanson entendue pour la première fois. Ou peut-être l’originalité des costumes, de tout ce rouge, des brillants et des grelots. Mais il y a quelque chose qui rend, année après année, le spectacle de Noël de mon école très émouvant. J’ai cherché à comprendre pourquoi arrive toujours un moment où ma gorge devient trop petite pour avaler, et ma vision déforme les élèves à travers le trop plein d’eau qui menace de déborder. En essayant de trouver la raison de cette émotion, j’en ai en découvert plusieurs.

Parce qu’en fait, c’est un crescendo de moments. Ce que les parents et amis voient le soir du spectacle n’est que la pointe d’un iceberg aux proportions insoupçonnées. La petite pointe qui peut n’avoir l’air de rien mais qui cache un processus que j’aurais aimé vivre à l’âge de nos élèves.

Il y a les semaines fébriles pendant lesquelles les notes des chansons se mélangent dans les corridors. Les enseignants sont un peu nerveux de trouver LA chanson parfaite pour leur classe. Les élèves excités chantent, mémorisent, créent des chorégraphies et des mises en scènes qu’ils seront heureux de présenter devant un public conquis d’avance. Dans ce joyeux chaos organisé, la collaboration est à l’honneur. On apprend à partager ses idées, mais aussi à accepter celles des autres.

Il y a la pratique commune au gymnase durant laquelle on teste le produit presque fini devant les autres groupes. Parfois, c’est le moment d’exaspération pendant lequel on découvre les failles d’un plan qu’on croyait parfait. Le temps commence à presser, la fatigue des vacances de Noël qui approchent se fait sentir. On apprend que ce n’est pas parce qu’une idée fonctionne moins bien qu’elle n’est pas bonne, et qu’il arrive qu’il est nécessaire de se retrousser les manches pour fournir le petit effort de plus qui nous rendra finalement si fier.

Il y a la répétition générale. Tous les élèves de la maternelle à la sixième année s’entassent dans des autobus avec leurs enseignants pour se rendre au centre-ville. C’est par la porte des artistes qu’ils font leur entrée dans les coulisses de la magnifique Salle J.A-Thompson où ils se produisent le soir venu. Ils vibrent d’excitation. Assis dans les bancs de velour rouge, c’est le seul moment où ils peuvent voir le spectacle en entier avec la même perspective que leurs parents. Ce soir, ils seront cachés derrière les rideaux. Pour l’instant, ils sont guidés sur comment bien se tenir devant un public, chanter fort pour projeter leur voix, cohabiter sur la scène avec d’autres amis tout en gérant leur trop plein d’énergie, et rester concentrés sur leur numéro malgré les éclairages, les micros et les techniciens qui gravitent autour d’eux.

Arrive enfin le grand moment. Les parents nous confient leurs petits artistes les yeux pleins d’étoiles. Avec toute la candeur propre à l’enfance, les élèves complimentent leurs enseignants qu’ils voient rarement en tenue de soirée. Les lumières s’éteignent dans la salle, un frisson d’excitation envahie les coulisses, et le premier numéro de la soirée est lancé. Tour à tour, les groupes se succèdent, dansant et chantant avec cœur en français, en anglais et en espagnol. Les enseignants postés au coin de la scène guident leurs élèves les yeux brillants de fierté devant les efforts déployés par chacun d’eux. Le temps d’une soirée, la magie du temps des fêtes habite dans cette salle du boulevard Des Forges. Avoir la chance de faire partie de ce moment me donne l’impression de recevoir un gros cadeau juste avant Noël.

Est-ce que le spectacle est excellent ? La réponse est dans les yeux de chaque spectateur présent. Est-ce que tout se déroule à la perfection ? Autant que c’est possible avec autour de 200 enfants cachés en coulisses. La soirée est une succession de numéros performés par des enfants amateurs âgés entre 5 et 12 ans dans un contexte de spectacle d’école. Et pourtant… mission accomplie, c’est magique. Ce qui est parfait, ce sont les souvenirs imprégnés en chacune de ces petites personnes et que seule cette soirée peut créer. Ce sont les habiletés développées, comme l’aisance à prendre la parole en publique. Ce sont les sourires des familles qui se retrouvent au foyer après la soirée. Les enfants aux joues roses de fatigue quittant la salle avec un parent, ou un fier grand-parent, main dans la main. C’est l’esprit de communauté d’une grande famille de visionnaires réunie Rockin’around the Christmas Tree, rêvant d’un Noël Blanc en se souhaitant Feliz Navidad.

SONY DSC

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s